Arabe ou Musulman, faire le tri prend du temps

Le monde est compliqué, quand même. Et alors, à un point ! Tenez par exemple, en France on dit parfois les « Arabes », parfois les « Musulmans » (1), comme si ça désignait le même groupe de gens. Moi je me suis dit, s’il y a deux mots, c’est peut-être pas pour rien ? Alors j’ai vérifié. Et effectivement, c’est pas pareil. Et pas qu’un peu.

Déjà, il y a des Arabes qui ne sont pas musulmans. Certains sont juifs, d’autres chrétiens, comme les Coptes d’Égypte. A l’inverse, il y a des Musulmans qui ne sont pas arabes. Et tenez-vous bien : la plupart ne le sont pas ! Les quatre pays qui comptent le plus de Musulmans au monde sont l’Indonésie, le Pakistan, l’Inde et le Bangladesh. Où vous trouverez plein de gens, mais très peu d’Arabes.

Ces derniers sont un peuple, qui parle arabe et habite en gros de la Mauritanie à Oman, du Soudan à la Syrie (cliquez ici pour la carte, ça aide). Et encore, ils n’y sont pas seuls : au Maroc par exemple, vivent surtout des Berbères.

En dehors de cette zone, attention. Pas pareil. En Turquie : rien à voir ! Le peuple est Turc, et parle turc. Enfin, en majorité. Amusez-vous à compter les minorités, toutes options confondues y compris les jantes alu et le radar de recul, vous allez voir.

En Iran : rien à voir non plus. Depuis des siècles on y trouve des Perses, qui parlent persan et se foutent sur la gueule avec les Arabes et les Turcs pour des prétextes enfouis sous des siècles de sable.

Par exemple, quand les Arabes ont inventé l’islam (Mahomet a vécu dans l’actuelle Arabie Saoudite), vous croyez qu’ils l’ont vendu aux voisins autour d’un thé chaud ? Non non non, tous à cheval et sabre au clair.

Puis ce sont les Turcs qui ont conquis le Moyen-Orient, et même au-delà jusqu’en Algérie et en Hongrie. Ce fut l’immense Empire Ottoman, qui ne fut enterré qu’en 1918. En laissant quelques regrets dans l’inconscient turc, que leur président Erdogan exploite aujourd’hui. Make Turkey great again.

Rappelons que les Musulmans peuvent être sunnites ou chiites, comme les Chrétiens sont catholiques ou protestants. Ça explique en partie pourquoi les Saoudiens (Arabes sunnites) et les Iraniens (Perses chiites) se tirent des poils de barbe et des coups de canons en ce moment même. Pas cons, ils le font au Yémen et en Syrie, par pays interposés, c’est leur guerre froide à eux.

Les Saoudiens détestent aussi les Qataris, pour des histoires de famille qui remontent environ au Crétacé. Alors le Qatar, petit pays isolé sur la grosse Arabie (je vous ai dit de regarder la carte), a la trouille. Et pourrait se rapprocher de l’Iran ! Des Chiites perses ! Eux, des Sunnites arabes ! Z’imaginez ? C’est Mélenchon qui signe pour être premier ministre de Hamon. Un truc dans ce genre.

Les Saoudiens, eux, se rapprochent secrètement d’Israël, honte absolue pour un Musulman. Pourquoi ? Parce qu’ils ont l’Iran comme ennemi commun, et comme l’ennemi de mon ennemi est mon ami…

Israël, tiens, parlons-en. Je ne juge pas, je constate : ça contribue un peu au bordel ambiant. Là, on pourrait penser que les voisins Arabes se tiennent tous la main ? Égyptiens, Syriens et Jordaniens, tous unis pour la Palestine ?

Que pouic. Depuis le premier jour ils n’en ont rien à secouer, des Palestiniens. Dans tous leurs combats contre Israël, ils veulent juste récupérer des parts du gâteau. En 1983, la Syrie d’Hafez el Assad (le père de Bachar) a même assiégé les Palestiniens d’Arafat, parce qu’ils commençaient à prendre trop de place.

Et puis les Kurdes ? Ils sont des millions et ils n’ont pas de pays, eux non plus. Ils vivent à cheval (mais de moins en moins, ils ont aussi des voitures) entre la Turquie, la Syrie, l’Irak et l’Iran. Où ils sont, comme il se doit, persécutés.

Et puis, et puis… L’Irak et l’Iran se sont fait la guerre pendant 10 ans… L’Irak a envahi le Koweït en 1990… L’Égypte a été mise au ban des pays arabes quand elle a reconnu Israël en 1979… L’Iran est une république islamique perse et chiite, la Turquie une république laïque turque et sunnite, mais les deux pays s’entendent bien. Certes, parce que les Turcs ont besoin du pétrole iranien…

C’est le bordel, hein ? Et encore, je ne vous raconte pas tout. D’ailleurs j’ai pas tout compris moi-même.

Et c’est là où je voulais en venir : même si on nous parle en blanc et noir, en gentils et en méchants, en vrai c’est le bordel. Dans le monde arabe et musulman comme partout. Et heureusement ! Le bordel, c’est le truc normal. C’est quand ça parait simple que c’est louche.

La complexité des échanges et des conflits, des accords et des désaccords, entre les pays arabes, musulmans et plus-si-affinités, existait bien avant qu’on y mette notre nez. Bien sûr, on n’a rien arrangé en allant camper sur place, d’abord les Anglais (et les Français) pour protéger la route des Indes, puis les Russes et les Américains après la guerre.

Responsables, oui. Mais pas que. Là-bas, on n’a pas attendu l’Occident pour se mitonner des mariages en temps de paix et des génocides en temps de guerre. Les Arabes et les Musulmans ont donc au moins un point commun : ça fait bien longtemps qu’ils sont « entrés dans l’histoire ». Comme disait l’autre.

————————————————————————————————-
Dans le prochain article : après la complexité du monde arabo-musulman, celle de l’islam.
————————————————————————————————-

(1) Règle d’écriture ici : une majuscule pour un nom commun, pas de majuscule pour l’adjectif.

4 commentaires à propos de “Arabe ou Musulman, faire le tri prend du temps”

  1. Rétroliens : Islam, grand corps malade – Comme une quille dans un jeu de chiens

  2. Je comprends pourquoi, dès petit, je me suis dit que je perdrais mon temps à essayer de comprendre ce qui se passait au Moyen-Orient…
    Par contre, merci Damien, c’est très clair !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.